13 novembre 2012 - sinathlafricaine

LES BUS DE LA MORT

forum-auto.com

–       La portière arrière est ouverte! Chauffeur, la portière arrière est ouverte !

Après ces paroles, je pensais provoquer l’état d’urgence dans le bus ou tout au moins la surprise générale mais rien. J’ai reçu des regards surpris de la part des passagers et aucune réponse de la part du conducteur. Je pensais que les personnes  qui étaient assises à côté de moi seraient choquées. Ils étaient de marbre et m’observaient comme si j’étais une extra-terrestre. Une femme m’expliqua que la portière ne se ferme pas sinon le chauffeur l’aurait fait. Sa réaction me troubla davantage. Je réalisais donc que des autobus pouvaient très bien faire le trajet Cotonou – Porto –Novo avec des portières à peine fermées.

Alors pourquoi étais-je surprise ? La réalité de la chose sans doute. Plus d’une fois, on voit des bus plein de passagers en panne sur les routes peu sécurisées, on apprend des accidents surréalistes survenus avec ces bus. Ce qui suscite en nous des questions. Comment se fait-il qu’une automobile circule avec des portières ouvertes ? Comment se fait-il que l’on ne soit pas en sécurité dans un bus qui nous coûte entre 500 et 1000 francs CFA  et qui parcourt  un long trajet ? Comment se fait-il que l’intérieur soit insalubre et la ferraille rouillée? Que le chauffeur démarre sa voiture non pas avec une clé mais en trafiquant les fils électriques ? Ou tout simplement: Comment se fait-il que la plupart des autobus transportant les passagers au Bénin soit dans un si mauvais état ?

Soit  l’Etat s’en fout et laisse faire et dans ce cas cela veut dire il n’a aucun respect pour la securite de sa population ou Tout le monde dans ce pays trouve  normal que des chauffeurs véreux mettent en péril la vie des populations.  Je pencherai  pour la violation de notre droit à la sécurité. Ceci n’est pas une accusation gratuite, ce non respect de notre droit à la securite se vérifie tous les jours.

Nos bus de transport en commun sont de vraies carcasses vieilles de plusieurs années dont la place se trouve sur les tas de ferraille. Si ce n’est pas l’odeur noseabonde due à la surchage et au manque d’entretien qui vous tue, c’est l’attitude insolente  de certains chauffeurs qui le feront. À défaut ,vous pouvez compter sur l’incompétence de certains jeunes apprentis chauffeur qui n’ont parfois pas le permis pour mettre vos jours en peril. Si vous n’y croyez pas, contentez-vous de vous présentez à la gare routière de tokpa à Cotonou les week end.  Dans ce cas de figure, vos chances de faire une crise cardiaque progressent considérablement. Et si jusque-là, vous n’êtes pas convaincus, allez donc faire un tour dans les garages populaires de la ville ou encore sur les routes pour apercevoir des agents de l’état prendre de petits sous aux chauffeurs n’ayant pas de phares ou de visites techniques à jour….pour ensuite les laisser s’enfuir impunément….

Vous y croyez maintenant?

On dirait que oui…je m’en doutais… Pour finir alors, j’invite  tous les autorités à divers niveaux à penser aux risques auxquels s’exposent tous les jours les populations sur les routes. Aussi, je les invite à avoir une pensée pour toutes ces femmes et hommes qui meurent sur les routes pour des raisons non élucidés ou banales.

Vivement que les nouveaux  bus Benafrique  parcourent toutes les villes du pays.

The following two tabs change content below.
sinathlafricaine
Passionnée de journalisme, infojunkie, webaddict, abusivement panafricaine sur les bords et twitteuse folle;)

Plume du Bénin Bénin / bus de la ville / Cotonou / transport urbain /

Comments

  • Aphtal CISSE dit :

    Véritable problème d’envergure nationale. Quid des responsabilités? L’état et ses agents? Les propriétaires de cars? La population elle-même? En ce qui me concerne, les tords restent partagés.
    J’ai dit.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *