11 décembre 2012 - sinathlafricaine

Le délestage est de retour en force au Bénin!

 Triste constat, n’en déplaise au ministre Barthélémy Kassa qui, le  lundi 26 novembre 2012 dans une émission télévisée, n’a pu rassurer quant aux mesures qu’il prend pour empêcher que les coupures d’électricité ne se généralisent dans le pays. «Nous sommes véritablement dans une situation de déficit d’énergie», avait-il conclu. Après avoir expliqué que le Ghana, jadis principal fournisseur, ne peut plus faire face à la demande du Bénin du fait de ses propres besoins, tout comme le Nigeria d’où le Bénin tirait environ 51% de sa consommation.

Qu’il s’agisse de Cotonou ou de Porto-Novo, il ressort que si vous n’avez pas la chance de vivre dans une zone  comme les alentours du Palais de la Présidence car même les quartiers chics comme la zone Censad situé à agblangandan ne sont pas épargnés, la durée minimale de votre supplice est de deux heures.

 Je racontais, avec d’amertume, à un ami, que « L’électricité a été coupée dans ma zone hier à 21h. Elle n’a été remise que le matin à 4h »  Mais lorsqu’il m’a indiqué qu’au cours de la semaine, il fut obligé de rentrer du bureau à 15h car il n’avait pas de courant pendant des heures, j’ai compris qu’il y avait pire que ma situation …

Pourtant on se rappelle qu’en 2008, le président Yayi Boni avait rassuré les Béninois de ce que son gouvernement a pris des engagements fermes pour mettre  fin au délestage. Il annonçait alors l’achat et l’installation imminente d’une centrale électrique à Maria-gléta dans la commune d’Abomey Calavi, destinée à alimenter  les zones les plus consommatrices de courant électrique.

Quatre ans après cette annonce, le délestage est encore d’actualité. En effet,  depuis quelques jours,  les Béninois sont soumis à un sevrage d’électricité qui met en péril certaines activités économiques et cause d’énormes désagréments.

On peut donc conclure que la politique énergétique du pouvoir en place est un échec. Car le Bénin reste dépendant du Ghana et du Nigeria en matière d’énergie. Encore que ce dernier  a du mal à faire face à sa propre demande.

Alors, qu’ont fait les responsables du ministère de l’Energie pour que le Bénin devienne un producteur d’énergie pendant ces quatre dernières années ?

 Aujourd’hui, ils sont également  en charge du développement des énergies renouvelables, un domaine dans lequel le Bénin regorge de potentialités.

Peut-on attendre quelque chose? Car même si certains pays africains, comme le Maroc, ont déjà compris que ces énergies sont la seule issue viable, au Bénin,  cette porte de sortie reste encore invoquée comme un slogan.

 Une chose est sûre, la hargne contre cette société d’Etat, distributrice d’énergie  à Cotonou est partout la même. En ces temps de forte chaleur et de grand banditisme même si les populations accusent le coup et se taisent,  les coupures intempestives ne font qu’accentuer la douleur des uns et des autres.

 

 

 

The following two tabs change content below.
sinathlafricaine
Passionnée de journalisme, infojunkie, webaddict, abusivement panafricaine sur les bords et twitteuse folle;)

Plume du Bénin Bénin / électricité / énergie /

Comments

  • Artegor dit :

    C’est vraiment triste de voir de telles choses se passer encore au Bénin. Ces nombreux délestages paralysent l’activité économique du pays en plus ! Parfois, j’ai honte d’être béninois

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *