femmes en tenue traditionnelle à Porto-Novo

23 octobre 2012 - sinathlafricaine

Porto-Novo ou la ville de tous les plaisirs abandonnée !

femmes en tenue traditionnelle à Porto-Novo

femmes en tenue traditionnelle à Porto-Novo

A chaque coin de rue, je vois un groupe de personnes attablées ! Certains se déhanchent sur la piste de danse et d’autres se plaisent dans le rôle de spectateurs ! Grosse remarque, ils sont tous habillés du même tissu !! On aurait dit un uniforme de collège ! Des badauds s’arrêtent pour observer les talents artistiques des uns et des autres mais rien ne semble perturber cette ambiance festive ! Personnellement, j’étais choquée par la quantité de boissons sur les tables, par l’extravagance des accoutrements sans parler des repas qui se gaspillaient à veau l’eau par les invités de cette manifestation.

Ce spectacle, on l’observe tous les week-ends à Porto-Novo ! Femmes et hommes venus de plusieurs villes du Bénin, comme pour évacuer le stress de la semaine, vêtus de leurs plus beaux vêtements se rendent à Porto-Novo à l’occasion, le plus souvent des « Igui » (mariage chez les yorubas) ou  encore des « Agô » (grande fête chez les gouns). En témoigne les longues files d’embouteillage sur les trajets vers Porto-Novo et les nombreuses voitures dans les rues de la ville.

 Alors  pourquoi étais-je choquée ? Certainement à cause du paradoxe que soulève cette pratique. Comment une ville aussi fréquentée les week-ends peut-elle être à ce stade de développement?  Tout le monde sait qu’elle porte mal son statut de capitale du pays. La monotonie qui la caractérise au cours de la semaine en est pour quelque chose  car cet accroissement de la population les week-ends, il faut le voir pour y croire. C’est seulement à ce moment là que des questions d’ordre logique vous viennent à l’esprit : Comment se fait-il que les autorités n’aient pas utilisé cet élément pour promouvoir la ville? Pourquoi observons-nous presque une migration vers Porto-Novo et pas vers d’autres villes les week-ends?  Où cette population réputée pauvre trouve t-elle les moyens d’organiser de tels évènements?

De deux choses l’une : Ou l’état n’en a rien à faire du développement de la ville ou nous n’avons aucun expert pouvant détecter ce potentiel touristique. Je pencherais plutôt pour la négligence  consciente du Gouvernement envers notre  capitale. Ceci n’est pas une accusation gratuite, les éléphants blancs qui peuplent la ville en sont des exemples palpables.

Porto-Novo la belle!ou devrais je dire, la vieille! On peut en effet croire que la ville attire toujours autant de monde parce qu’elle a gardé son caractère vétuste ,qui lui donne un ère calme,reposant, et qu’elle héberge toujours les collectivités ou maisons familiales de plusieurs personnes vivant désormais dans d’autres villes, généralement à Cotonou. Du fait du non développement de la ville.

Cependant, cette situation est bien loin de n’avoir que des points positifs. Car au lendemain de ces différentes manifestations, si les plus riches se réjouissent de la réussite de la veille, les plus pauvres n’ont que leurs yeux pour pleurer.

Les populations sont prêtes à tout pour ces événements. . Si ce n’est pas les prêts chez des parents, ils iront au delà de leur pauvreté en se criblant de dettes. Obligation de « paraître » et fierté mal placé à mon avis.

Pour finir alors, j’appelle donc tous les fils et filles de la ville à faire usage de ce que d’aucun appelle le pêché mignon des Porto- Noviens comme atout de développement.

 

The following two tabs change content below.
sinathlafricaine
Passionnée de journalisme, infojunkie, webaddict, abusivement panafricaine sur les bords et twitteuse folle;)

Plume du Bénin Bénin / Porto-Novo /

Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *